• envoyer à un ami
  • Imprimer la page
  • Ajouter aux favoris
  • PDF

Agromousquetaires : réussir la mobilité interne

20/02/2015- Témoignages

Retour à la liste

En créant son université d’entreprise et la première promotion « manager de la performance industrielle agroalimentaire », Agromousquetaires professionnalise ses salariés et les prépare aux métiers de demain.

Une réponse pour faire monter en compétences les collaborateurs et fidéliser les talents de l’entreprise.

Agromousquetaires : réussir la mobilité interne

Agromousquetaires, un groupement de 64 sites

Depuis sa création en 1969, le Groupement des Mousquetaires a développé ses propres usines de production.  Il comprend 64 sites et 9 800 collaborateurs.

Le pôle Agromousquetaires a un chiffre d’affaires de 3,8 milliards d'euros en 2013, il est organisé autour de 12 filières : Viandes, Porc, Mer, Boulangerie pâtisserie, Traiteur et surgelés, Epicerie sucrée, Epicerie conserves, Vins, Boissons non alcoolisées, Lait, Non alimentaire, Export.

Le groupement a mis en place en septembre 2014 une université d’entreprise. La première promotion a concerné 13 collaborateurs issus de douze unités de production différentes : Salaisons du Guéméné, Saviel Estillac, Les Délices d’Auzan, Fiée des lois, Moulin de Saint  Preuil, Salaisons Celtiques, Moulin de la Marche, Salaison du Lignon, Kerlys, Gatine Viandes, SVA Liffré et SCO Ranou.

Cette démarche est initiée par le DRH d’Agromousquetaires, Bernard MARIE et s’appuie sur une équipe projet composée de la Responsable Développement RH d’Agromousquetaires, d’une RRH d’usine (Stéphanie OLLIVIER) et d’un Directeur d’Usine (Philippe COPPE).

L’organisation du projet est nationale, le réseau des conseillers formation  et des chargés de gestion formation d’OPCALIM est mobilisé. L’étude du projet et son expérimentation a été assurée par la Direction Territoriale Ile de France/Centre et coordonnée par Catherine GUYONNET (Directrice Territoriale Ile de France/Centre). Delphine ROUL (Conseillère en formation de la Direction Territoriale Ouest) l’a mis en œuvre en tant que référente opérationnelle.

Interview de Déborah LUZET, Responsable Développement RH, qui accompagne et suit le projet.

Quels sont les objectifs de votre université d’entreprise ?

Nous avons fait le constat que nous avions un problème de mobilité interne et que certains de nos talents quittaient le Groupement. Pour y remédier, il nous a semblé important  de créer une université d’entreprise. Elle permet de capitaliser le professionnalisme des collaborateurs Agro mousquetaires tout en préparant aux métiers de demain

Nous souhaitons aussi impliquer des collaborateurs expérimentés issus de la Direction et des usines dans les formations pour garantir le partage de bonnes pratiques et véhiculer la culture d’entreprise. Certains d’entre eux deviennent  formateurs internes et responsables d’un ou plusieurs modules. D’autres sont sollicités pour devenir tuteurs et accompagner les stagiaires dans leurs projets tutorés.

A quels publics s’adresse-elle ?

Elle concerne les collaborateurs ayant une ancienneté d’au moins 2 ans au sein du pôle industriel et ayant des fonctions d’encadrement d’équipe. 

Comment s’est déroulée la mise en place de la 1ère promotion ?

AGROMOUQUESTAIRES

Le parcours deformation développé, intitulé« Manager de la Performance industrielle», a été construit spécifiquement au regard des besoins identifiés par les usines. Ce cursus d’une durée de 294 heures réparties sur15 mois, se déroule en alternance de septembre 2014 à novembre 2015. Plusieurs sessions de formation sont accueillies au sein de plusieurs Usines pour favoriser la découverte du groupe. De plus, chaque étudiant mène un projet tutoré au sein de son usine.

La formation est validée par une licence professionnelle « Management de la production en IAA» délivrée par l’IUT de Quimper (UBO) par le biais d’une démarche de VAE.

Le projet concerne 12 entreprises, 13 stagiaires (dont trois femmes), 13 tuteurs, 13 formateurs internes. Il se compose de 8 grandes étapes : Ingénierie de création, formation des deux chefs de projets, ingénierie pédagogique, formation des formateurs internes et des tuteurs, formation des stagiaires, animation tutorale et accompagnement renforcé VAE.   

Des intervenants internes et  externes forment et professionnalisent nos « étudiants ». Les principaux organismes externes sont : l’IUT de Quimper, Fordis, l’Ecole de pilotage opérationnel de la performance de Nantes (POP) et l’Institut de formation régional des  industries alimentaires de Bretagne (IFRIA).

Quel a été le rôle d’OPCALIM ?

Le projet a concerné deux OPCA : onze entreprises relèvent d’OPCALIM et une du FAFSEA.

OPCALIM nous a accompagnés tout au long de ce projet dans sa structuration et dans la coordination administrative et financière.

L’expérimentation de ce projet, initiée par COFIPAR au bénéfice des Unités de Production du groupe, a été soumise à la Direction Territoriale Ile de France d’OPCALIM qui a su apporter rapidement un appui technique essentiel à la réussite de cette action. En effet, un dossier de cofinancement a été élaboré avec son soutien et validé en commission. Nous avons ainsi pu bénéficier d’un co-financement  de la Charte nationale de Coopération, DIRECCTE, DRIAAF et du FPPSP via la période de professionnalisation.

Quels sont les 1ers résultats et impacts de ce projet ?

La 1ère session a commencé en septembre 2014 avec treize étudiants dont onze souhaitant préparer une VAE (Validation des Acquis de l’expérience).  Cette initiative permet de conforter le professionnalisme des salariés et d’accompagner le développement de la performance des usines.

De plus, cela créeun vivier de talents, mis à la disposition de l’ensemble des unités de production afin d’assurer la mobilité interne. La plupart pourront postuler à des postes de responsable production à la fin de leur formation.

Comment souhaitez-vous prolonger cette opération ?

Grâce à cette université d’entreprise, nous pouvons préparer la Gestion prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) pour faire face aux départs à la retraite à venir et à l’évolution des métiers ou des organisations.

Aujourd’hui, nous réfléchissons déjàà d’autres parcours de formations professionnalisant et diplômant.

 

Le projet en quelques chiffres :

  • 12 entreprises concernées
  • 13 stagiaires dont 11 préparent une VAE
  • 13 formateurs internes
  • 13 tuteurs
  • 294 heures de formation

Haut de page