• envoyer à un ami
  • Imprimer la page
  • Ajouter aux favoris
  • PDF

Contrat de filière : pour favoriser l’employabilité dans la filière alimentaire

30/09/2015- Témoignages

Retour à la liste

"Le contrat de filière alimentaire comprend un important volet « emploi » porté par OPCALIM et les partenaires sociaux, orienté vers le développement des compétences des salariés  et l’employabilité : harmonisation des formations certifiantes et notamment des CQP pour être éligible au CPF, maîtrise des savoirs fondamentaux…

Le recrutement par le biais de l’alternance et du contrat de génération est aussi un axe fort.

Nous avons encore beaucoup de travail pour développer les différents dispositifs et atteindre tous les objectifs que nous nous sommes fixés. Un des enjeux est d’augmenter la mutualisation.

Par ailleurs, le regroupement des observatoires va permettre une cohérence des données statistiques de la filière. »

Contrat de filière : pour favoriser l’employabilité dans la filière alimentaire

Le Contrat de filière alimentaire met l’accent sur l’emploi et la formation des salariés et place ces enjeux au cœur de la stratégie des entreprises et de leur développement économique.

Entretien avec Frédéric MALTERRE, Membre du CA et du bureau d’OPCALIM – FGA CFDT.

Quels sont les principaux axes qui se dégagent du Bilan du volet « Emploi » du contrat de filière ?

Le contrat de filière a été mis en place autour de 7 axes majeurs : l’emploi, le financement, l’innovation, le défi vert, l’export, la qualité et la promotion du modèle alimentaire français. Il engage l’ensemble de la filière alimentaire autour de l’emploi et de la formation.

OPCALIM est un des acteurs important du volet « emploi » de ce contrat. Ce volet est crucial car il interagit avec les autres thématiques, notamment, l’investissement, l’innovation et le défi vert. Il concerne la formation, de l’attractivité du secteur alimentaire et son employabilité. Des plans d’action et différents dispositifs sont mis en place.

Pouvez-vous nous donnez des informations sur les différents travaux mis en oeuvre ?

Dans le cadre du contrat de filière se dessine notamment l’objectif du regroupement des observatoires prospectifs des métiers et des qualifications (Celui de la Coopération agricole, de l’alimentation en détail  et des Industries alimentaires). Cet objectif est ambitieux pour l’ensemble de la filière et nécessite des analyses et des tableaux de bord harmonisés. Un travail statistique important a été réalisé pour garantir plus de cohérence aux données et permettre une comparaison plus fine des données de la filière.

Les récentes négociations sur le périmètre de la filière ont été l’occasion d’effectuer un bilan sur les recrutements en alternance et plus largement sur l’emploi. Pour la formation en alternance, nous n’avons pas remarqué de recul dans notre filière, nous sommes relativement stables et en progression sur le contrat de professionnalisation.

Quels sont les éléments sur l’évaluation du contrat de génération dans la filière ?

Au niveau des contrats de génération et du recrutement des jeunes, nous sommes au dessus des objectifs avec 18.000 recrutements en CDI sur l’année 2014 pour un objectif fixé à 30 000 à horizon 2016. Le haut niveau de recrutement des jeunes s’explique par le fait que nous avions comme prévision 1/3 de recrutements en CDI quand ils ont atteint pratiquement 2/3. Dorénavant, grâce à ces données, nous possédons une meilleure connaissance de la structure de recrutement et le projet d’accord négocié à la fin du 2ème semestre (pour une publication en septembre)  prévoit globalement d’ajuster les objectifs à la réalité constatée en 2014.

Comment ces travaux vont-ils se prolonger ? 

L’objectif du contrat de filière porte également sur la sécurisation des parcours professionnels, avec notamment l’harmonisation des formations certifiantes pour répondre aux  enjeux du Compte personnel de Formation issu de la réforme de la Formation Professionnelle. Un groupe technique paritaire OPCALIM élabore cette harmonisation des Certifications de Qualification Professionnelle (CQP) notamment et leur dépôt au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP). Cet été, un premier dossier de CQP a été déposé et l’accord reconnaît désormais 13 CQP transversaux au sein du périmètre d’entreprises d’OPCALIM.

En termes d’employabilité, l’un des points important du volet « emploi » du contrat de filière concerne la maîtrise des savoirs fondamentaux. Il y a un enjeu majeur à mobiliser les acteurs afin de déployer les formations d’acquisition du socle de compétences.

Haut de page

Pour en savoir plus :

Consulter :

Contacter :

  • Caroline Cohen / Directrice des Etudes d'OPCALIM