• envoyer à un ami
  • Imprimer la page
  • Ajouter aux favoris
  • PDF

Des parcours de formation à la vente territorialisés

30/09/2014- Témoignages

Retour à la liste

Constituer un vivier  « territorial » de commerciaux pour les recrutements à venir des coopératives du Centre et faire monter en compétences les commerciaux actuellement en poste : tels sont les enjeux de la démarche initiée par Coop de France, OPCALIM et le Conseil régional du Centre.

Des parcours de formation à la vente territorialisés

Pour répondre aux besoins de plusieurs coopératives de la région Centre, un Parcours de formation  à la Vente pour les commerciaux notamment en Contrat de professionnalisation a été initié par Coop de France.

Entretien avec Christophe Vaurs, Directeur de Coop de France Centre, Fédération Régionale des Coopératives Agricoles à Blois,  sur cette initiative de la branche professionnelle.

« Bien qu’elle soit la première région céréalière d’Europe, le Centre n’attire pas assez de salariés qualifiés pour occuper les postes d’exécution ou d’encadrement dans le secteur de la production et des services du monde agricole.

Les entreprises se trouvent confrontées à des difficultés de recrutement, notamment sur le métier de technico-commercial. Ce phénomène est observé autant par nos coopératives agricoles que par des familles professionnelles connexes comme la banque et l’assurance. Non seulement la région ne paraît pas très attractive, mais les métiers de la vente eux-mêmes ont besoin d’être revalorisés et l’offre de formation étoffée.

Notre projet est donc de structurer sur la région Centre un pôle d’expertise pédagogique avec une vocation nationale pour nos familles du conseil visant à la fois la formation initiale et la formation professionnelle continue. Il s’agit, d’une part, de constituer un vivier  « territorial » de commerciaux pour les recrutements à venir et, d’autre part, de faire monter en compétences les commerciaux actuellement en poste.

Nous souhaitons que les étudiants issus notamment d’un BTS Agricole (ACSE ou APV) puissent rejoindre la dernière année du cycle Bachelor ECG qui serait faite en 16 mois et que les salariés en poste avec plusieurs années d’expérience significative aient accès à une formation de 420 heures sur 10 mois pour atteindre le même niveau.

Grâce à la Charte de coopération des industries agroalimentaires et au partenariat avec le Conseil régional, ce projet se concrétise et pourra enfin voir le jour en 2014.

Notre objectif suivant est de confier à OPCALIM la mutualisation de cette expérience à destination d’autres régions de France confrontées à la même problématique. Cet esprit de coopération est fortement inscrit dans nos valeurs et son résultat permettra de recruter des salariés formé sur chaque territoire, en fonction des besoins des entreprises, afin de limiter le turn-over et la carence. »

(Propos recueillis par Pierre Valéry ARCHASSAL d'ADDITIV)

Haut de page