• envoyer à un ami
  • Imprimer la page
  • Ajouter aux favoris
  • PDF

L’apprentissage, avenir de la profession

29/09/2014- Témoignages

Retour à la liste

Le témoignage d'une expérience de formation en apprentissage menée dans une petite boulangerie artisanale en partenariat avec l'Institut National de la Boulangerie Pâtisserie (INBP) et OPCALIM : un enthousiasme communicatif !

L’apprentissage, avenir de la profession

Entretien avec Nicolas GOUIN, artisan boulanger-pâtissier à Cailly en Haute Normandie (76). 

Cinq apprentis embauchés 

« Nous gérons avec mon épouse une petite boulangerie-pâtisserie dans la Seine-Maritime. Elle s’occupe de l’accueil et de la vente avec une salariée et je suis chargé de la production avec un autre salarié.

Je suis très attaché à l’apprentissage et je le prouve en accueillant cinq apprentis issus de différents centres de formation. J’ai tous les niveaux et différents types d’activités : un bac pro en vente, un BP en boulangerie, un CAP connexe boulanger, un CAP pâtisserie et un jeune qui prépare une mention complémentaire pâtisserie après un CAP boulanger suivi d’un bac pro.

Grâce à OPCALIM et à l’Institut National de la Boulangerie Pâtisserie (INBP) avec qui nous travaillons régulièrement pour la formation, tout est simple. Ils montent ensemble les dossiers sans que j’ai à m’en préoccuper et les coûts pédagogiques sont pris en charge.

J’organise également des formations complémentaires dans mon entreprise avec des spécialistes de différents domaines. C’est important pour moi que tout le monde y participe, même si le stage ne concerne pas directement la spécialité de chacun.

Groupe_Apprentis1

Nous avons tous suivi, par exemple, une formation « pain-party » et une autre « chocolaterie » qui ont passionné tout le monde. Qu’ils soient boulangers ou pâtissiers, tous mes collaborateurs et apprentis ont envie d’apprendre. Car les jeunes en formation ne doivent pas être là pour « gratter des plaques » ou faire du ménage… mon objectif est qu’ils soient autonomes quand ils quittent mon entreprise. C’est le challenge de l’emploi pour demain : plus il y aura d’apprentis, plus il y aura de salariés et de repreneurs d’entreprises ! »

 

(Propos recueillis par Pierre Valéry ARCHASSAL d'ADDITIV)

Haut de page