• envoyer à un ami
  • Imprimer la page
  • Ajouter aux favoris
  • PDF

LABEYRIE plébiscite le « Passeport local de compétences »

28/03/2014- Témoignages

Retour à la liste

« Pour former certains salariés aux savoirs de base, notre entreprise s’est associée à la démarche initiée sur notre bassin d’emploi qui mixte les publics demandeurs d’emploi et salariés en leur délivrant un Passeport local de compétences. Deux de nos salariés y ont participé et ils sont désormais dans une vraie dynamique de formation. » se réjouit Valérie Gaudin Assistante Formation chez LABEYRIE.

LABEYRIE plébiscite le « Passeport local de compétences »

Une GPEC sur le bassin d’emploi de LOOM

Pour anticiper et répondre aux difficultés d’emploi et de formation  des entreprises du bassin d’emploi  « Lacq-Orthez-Oloron-Mauléon » (LOOM), la Maison de l’Emploi et de la Formation a initié un projet de gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences territoriale (GPEC T) avec plusieurs partenaires : Pôle emploi, la DIRECCTE, le Conseil général, le Conseil Régional.

OPCALIM s’est associé à la démarche qui réunit  plusieurs autres OPCA (AGEFOS PME, CONSTRUCTYS Aquitaine, OPCALIA, ADEFIM, OPCA DEFI). 

Les constats :

  • l’ensemble des entreprises sont des TPE PME et ont besoin d’une main d’œuvre de plus en plus qualifiée
  • 20% des salariés en activité sont sans diplôme et en difficulté dans la maîtrise des savoirs de base.
  • Sur les postes de travail,  quelque soit le secteur d’activité (chimie, agro-alimentaire, métallurgie,  bâtiment..) des dysfonctionnements sont repérés en ce qui concerne les compétences transversales communes  dans le domaine de l’Hygiène, de la Qualité, de la sécurité, de l’environnement, l’informatique, les savoirs de base,  etc.

La réponse : un parcours de formation collectif 

Les partenaires ont  mis en place une formation collective modulaire de 70 heures concernant les domaines  suivants :

  • Environnement professionnel (14h)
  • Réglementation hygiène, sécurité et qualité (21h)
  • Informatique/Numérique (14h)
  • Communication professionnelle (21h)

Le contenu des modules est adapté à chaque stagiaire.

La formation est mise en œuvre par l’INSTEP, organisme du réseau partenaire MSF d'OPCALIM, et par le GRETA. Elle est validée par un « Passeport  Local de Compétences ».

LABEYRIE participe à cette démarche

LABEYRIE (GROUPE LABEYRIE FINE FOODS) s’est associé à la démarche "Passeport local de compétences" qui a permis, en 2013, de former deux salariés surles savoirs de base.

LABEYRIE emploie 1500 salariés et regroupe 2 sites de production l'un à Saint Geours de Maremne (Les Landes) et l’autre à Came (Pyrénées-Atlantiques).  

Le premier site rassemble les unités de production Saumon fumé, Magret fumé, Conserve, Démoulage et Expéditions et le site de CAME rassemble l'abattoir et la découpe du canard et du foie gras.

Entretien avec Valérie GAUDIN, Assistante Formation de LABEYRIE, à propos de cette action.

Quelle est la problématique Emploi/Formation de votre entreprise ?

Nous avons besoin  d’une main d’œuvre de saisonniers importante. Ces personnes sont intégrées de septembre à décembre dans l’entreprise pour produire pour les fêtes de fin d’année. Leur profil : elles ont peu de formation initiale, certains sont d’origine étrangère et ont des difficultés avec la langue française.

Nous avons également des salariés en poste depuis de nombreuses années avec un niveau de formation initiale faible et pas forcément dans des situations d’apprentissage régulières.

Nos systèmes de production et nos organisations ont évolué, nous avons de plus en plus de contrôles, de procédures à respecter. Notre problématique est de pouvoir faciliter l’intégration de ces salariés à leurs postes de travail sur nos chaînes de production, de maintenir les CDI en poste et de favoriser leur employabilité.

Pourquoi votre entreprise a été intéressée par la démarche « Passeport local de compétences » initiée sur le Bassin d’emploi « Lacq-Orthez-Oloron-Mauléon » ?

Cela fait plusieurs années que notre entreprise souhaitait mettre en place une formation sur les savoirs fondamentaux sans vraiment y réussir car le problème est complexe.

Lorsque Pascale GINESTET, notre interlocutrice OPCALIM, m’a présenté la formation sur les savoirs de base initiée sur  le bassin d’emploi, j’ai saisi cette opportunité. La mixité des publics, demandeurs d’emploi et salariés, nous a intéressé et cela s’est avéré très motivant pour chacun. Une dynamique  s’est instaurée. Les demandeurs d’emploi réalisent qu’ils peuvent transférer certaines compétences de leur ancien métier dans un autre. Pour les salariés, cette expérience donne des perspectives à leur carrière, ils reprennent confiance en eux.

Les bénéficiaires du « Passeport local de compétences » ont ainsi de nouvelles opportunités.

Comment s’est déroulé concrètement ce projet de formation ?

Cetteformation s’est échelonnée d’octobre à décembre 2013. Elle a eu lieu dans les locaux de l’INSTEP à Orthez,  sur la base d’une journée par semaine. Elle a concerné 9 personnes : 7 demandeurs d’emploi et 2 salariés.  Nous avons apprécié que les salariés bénéficient d’un suivi individualisé dans le cadre d’une formation collective. Un positionnement est réalisé pour chaque salarié à l’entrée en formation. Chacun construit son portefeuille de compétences.

La validation par un « passeport  local de compétences » est un plus, il atteste que la personne a acquis un « socle de base » qui lui permet de travailler sur tout le bassin d’emploi. 

Quel est le profil des 2 stagiaires qui ont participé à cette action

J’ai identifié quelques salariés pour participer à cette formation comme Ricardo, recruté chez nous en contrat de professionnalisation sur un poste opérateur de découpe. Ce jeune homme est très motivé  et a une réelle envie d’apprendre.

Lydie, opératrice de conditionnement, travaille chez nous depuis 11 ans. Cette formation lui a permis de faire le point sur ses connaissances, de reprendre confiance et donné l’envie de réapprendre. Elle envisage un autre projet de formation. 

Avez-vous envisagé de poursuivre cette démarche et comment ?

En 2014, nous allons continuer cette démarche sur notre site de St Geours de Maremne  en proposant la formation à nos salariés. Nous avons diffusé un appel à candidature dans notre Lettre RH.

Nous  souhaitons  associer à ce projet des demandeurs d’emplois accompagnés dans leur réinsertion par l’association FACE Pays de l’Adour avec qui nous avons un partenariat. 

Nous continuerons notre collaboration avec les formateurs de l’INSTEP.et la formation s’articulera sur deux socles. Un premier socle de base validant un « Passeport de compétences » et un second qui sera proposé pour valider un CCP – Certificat de Compétences Professionnelles de l’ADEPALE.

Nous permettrons ainsi à l’ensemble des participants l’accès à une certification reconnue et une première étape pour aller plus loin. Eventuellement, continuer sur un parcours CQP que nous organisons maintenant depuis de nombreuses années. Les demandeurs d’emplois volontaires à cette certification pourront se voir proposé un CDD au sein de nos différents sites de production et reprendre ainsi une activité professionnelle.

Quels sont vos autres projets ?

Pour anticiper les départs à la retraite et faciliter les  transferts de savoirs,  nous recrutons des personnes en alternance. De cette manière, notre entreprise favorise l’insertion de différents publics autour de parcours de formation adaptés.

En 2012,  LABEYRIE a initié, pour son abattoir de Came, une démarche pilote sur le poste d’opérateur  de découpe à Came, reconduite en 2013 sur l’atelier Foie gras aux postes de parage et dénervage des foies.

En 2012 et en 2013, cette formation a été validée par le Certificat de Compétences Professionnelles (CCP) de niveau 1 de l’ADEPALE. 14 personnes ont été embauchés en contrat de professionnalisation en ont bénéficié.

LABEYRIE souhaite continuer à professionnaliser son personnel et valoriser les compétences pour faire évoluer ses collaborateurs, pour fédérer et motiver les équipes.  Nous continuerons nos actions de qualification sur des CCP, CQP et également par le biais de la VAE.

Haut de page