• envoyer à un ami
  • Imprimer la page
  • Ajouter aux favoris
  • PDF

Le « jardin des savoirs » de Fleury Michon

23/06/2014- Témoignages

Retour à la liste

« Un des premiers effets de cette formation sur les salariés c’est qu’ils reprennent confiance en eux. Cela redonne aux collaborateurs une nouvelle  « mobilité intellectuelle », ils prennent conscience qu’ils peuvent  continuer à apprendre et faire autre chose dans l’entreprise, oser évoluer.  Cela leur donne une ouverture d’esprit.

Cette démarche a aussi permis d’enrichir le dialogue dans les équipes, en renforçant le lien social au sein de l’entreprise. »

Le « jardin des savoirs » de Fleury Michon

La maîtrise des savoirs fondamentaux, un axe de formation important

Fondée en 1905, FLEURY MICHON est une entreprise spécialisée sur 3 axes de la GMS : la charcuterie, les plats cuisinés frais, le surimi.  Elle emploie plus de 3700 personnes (CDI et CDD équivalent temps plein).  Son siège social est implanté à Pouzauges en Vendée avec 7 sites de production en Vendée, 1 en Bretagne et un tout nouveau à Cambrai. Il s’est aussi développé à l’international : Canada (2006), Espagne (2006), Italie (2002 et 2011)  et Slovénie (de 2007 à 2009).

Le Groupe défini chaque année un plan de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences(GPEC) pour mettre en œuvre les actions de formation et accompagner le changement. Les formations s’articulent notamment autour de la qualification au poste de travail et du management  de proximité.

Pour remettre à niveau les connaissances fondamentales des salariés,  le « Jardin des savoirs », est un des axes de formation important de FLEURY MICHON, entretien  avec Katia ONNO, responsable de la formation, qui nous présente la démarche.

Fleury Michon s’est inscrit dans la démarche de « Maîtrise des savoirs fondamentaux » (MSF) depuis plusieurs années, pourquoi ?

Certains collaborateurs ont des difficultés avec les savoirs fondamentaux  (Lire, Ecrire, Compter…) alors que sur tous les postes de production, il faut savoir désormais interpréter les consignes, manipuler les données chiffrées, savoir transmettre les informations à ses collègues. Nous avons été sensibilisés à ce problème, il y a plusieurs années.

Lorsque l’OPCA a eu besoin d’entreprises pilotes de l’agroalimentaire pour développer  son premier projet  « ALICE »  visant à former aux savoirs fondamentaux, nous y avons participé.

En 2012, la démarche a été améliorée et  nous avons été associés à la construction de l’outil « ALICIA ». Plusieursmodules ont été réalisés avec notre entreprise, par exemple, l’exercice pour élaborer le logiciel sur les rendements, le suivi de planning, d’ordre de lancement… Nous avons testé nous même le recettage.

L’intérêt est d’avoir un outil qui s’appuie sur les documents et procédures utilisées dans notre entreprise.

Pouvez-vous nous présenter l’action de formation « le Jardin des savoirs » ?

Le programme du « Jardins des savoirs » propose deux offres différentes : 

  • Maîtrise des Savoirs Fondamentaux (MSF) Groupe : ce dispositif de 70 heures revisite les connaissances de bases de la langue, de la lecture et de l’écriture avec un formateur externe.
  • MSF ALICIA : nous utilisons cette plateforme web dans sa nouvelle version de 2012  permettant d’acquérir les savoirs fondamentaux dans un parcours plus ou moins long de 20 à 70 heures de formation. Ces séances sont assurées par des formateurs internes. 
Espace Formation Michon

Nous avons un espace formation dédiée au "Jardin des savoirs" ouvert selon des jours précis (Mardi matin ou jeudi après midi).

 

 

Comment se déroule cette formation ?

La formation dans le cadre de MSF est réalisée avec l’organisme de formation CAP SAVOIR.

Pour accompagner les stagiaires sur ALICIA, nous avons fait le choix de développer  le tutorat et la formation interne.  Quatre seniors ont été formés pour devenir formateurs.

Il y a plusieurs étapes à cette démarche de formation. Tout d’abord, un test de positionnement nous permet de constituer des groupes d’une vingtaine de personnes ayant à peu près le même niveau.

Un parcours est élaboré en fonction du poste de travail des stagiaires.

Les formateurs internes établissent le planning en tenant compte des plannings individuels en fonction de l’organisation du salarié.

Ils aident à positionner les stagiaires et animent les séances sur la communication. Certains modules ALICIA ont été adaptés par nos formateurs internes.

Combien de personnes ont été formées dans le cadre de cette action ?

Les personnes formées au « Jardin des savoirs » sont surtout des opérateurs et majoritairement des femmes.

En 2013, 4 salariés ont participé à MSF Groupe et 44 personnes ont fait le parcours ALICIA.

En amont, de la formation, nous communiquons sur cette action en faisant un appel aux candidatures.  En septembre 2012, nous avons animés  des « Portes ouvertes » sur les différents sites de production de Pouzauges avec les formateurs pour présenter  ALICIA.

Chaque campagne d’information est relayée en interne par l’encadrement de proximité. Le dispositif ALICIA est évoqué au cours des entretiens professionnels.

Quels sont les premières conséquences de cette démarche dans votre entreprise ?

 Un des premiers effets de cette formation sur les salariés c’est qu’ils reprennent confiance en eux.

Cela redonne aux collaborateurs une nouvelle  « mobilité intellectuelle », ils prennent conscience qu’ils peuvent  continuer à apprendre et  faire autre chose dans l’entreprise, oser évoluer.  Cela leur donne une ouverture d’esprit.

Cette démarche a aussi permis d’enrichir le dialogue dans les équipes, en renforçant le  lien social au sein de l’entreprise.

Il faut noter le rôle d’accompagnement du manager de proximité qui pilote une équipe de 10 à 30 salariés. Ils ont été facilitateurs dans la mise en œuvre des formations « du Jardin des savoirs » en gérant au mieux leurs plannings.

La Direction Générale a souhaité marquer l’importance de ses parcours  en délivrant  une « Attestation de succès de formation »  au cours d’une cérémonie conviviale.

Nous souhaitons ainsi souligner  le courage et l’engagement des salariés dans la réalisation de leur  parcours de formation. 

Quel est le rôle d’OPCALIM dans la mise en place de ce type d’action ?

Nous travaillons en partenariat avec l’OPCA depuis de nombreuses années, avec l’AGEFAFORIA puis avec OPCALIM. Nous avons été accompagnés par Jean BUSSERY, Jean Pierre DUFOUR et désormais par Richard GUERINEAU, notre conseiller formation. Nous sommes associés, comme je l’ai mentionné précédemment au développement de certains outils ou de certaines démarches mises en œuvre par l’OPCA.

L’aide financière apportée par OPCALIM est essentielle pour notre entreprise. La mise en place d’un projet comme le « Jardin des savoirs » est un investissement important, que nous ne pourrions pas réussir seul. Le financement de la Charte de l’agroalimentaire a été aussi important.

Quels sont vos autres projets emploi/formation ?

Plusieurs  salariés formés dans le cadre d’ALICIA souhaitent aller plus loin et s’auto-former, notamment, sur des modules de mathématiques.  C’est une attente forte des salariés de pouvoir prolonger  leur  remise à niveau et de maintenir la dynamique d’apprentissage.

Par ailleurs, Fleury Michon est engagé dans la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE)  depuis 2010. Notre société met en place une politique de Ressources humaines basée sur le management de proximité, son programme Cap Compétences 2015 permet à chaque cadre de développer  un parcours de formation individualisé sur plusieurs années.

Nous valorisons les projets collaboratifs et  initions des réunions métiers pour renforcer la performance opérationnelle des métiers et  établir une vision à 5 ans des métiers en cohérence avec la stratégie du Groupe.

Nous envisageons de mettre en place des modules de CQP dans le cadre du Compte Personnel de Formation, en lien  avec la VAE.

Haut de page