• envoyer à un ami
  • Imprimer la page
  • Ajouter aux favoris
  • PDF

RESKILL : Les compétences réelles pour travailler et entreprendre dans le secteur agroalimentaire.

20/02/2017- Zoom Emploi/Formation

Retour à la liste

La mobilité accroît l’employabilité et permet de faire diminuer le chômage. La mobilité des jeunes est désormais présentée comme « un enjeu fort » d’ERASMUS + *, qui s’est fixé, d’ici à 2020, l’objectif qu’au moins 6 % des 18-34 ans diplômés de l’enseignement et de la formation professionnelle soient allés à l’étranger.

RESKILL : Les compétences réelles pour travailler et entreprendre dans le secteur agroalimentaire.

Depuis 1995, ceux qui préparent un CAP, un BEP ou encore un bac pro peuvent bénéficier d’une aide à la mobilité européenne. Pour encourager la mobilité des jeunes apprentis et en contrat de professionnalisation, la France mobilise le dispositif d’ERASMUS +.

Pour ouvrir aux apprentis l’accès à ERASMUS +, OPCALIM est partenaire du projet RESKILL.  Coordonné par L’ANIA*, le programme a démarré en octobre 2016 et se terminera en janvier 2019. La France, la Roumanie et la Grèce sont les trois pays pilotes. Les employés, les demandeurs d’emploi, les entreprises (Directeurs, DRH et managers) et les structures d’enseignement sont les parties prenantes.

Quels sont les objectifs de RESKILL ?

• Promouvoir et innover la formation professionnelle mixte (théorique et pratique) grâce à la création d’un programme d’apprentissage sur une plate-forme ouverte et digitale ainsi que l’apprentissage en entreprise.

• Stimuler l’innovation et l’entrepreneuriat dans le secteur alimentaire.

• Ajuster les écarts entre les compétences requises et les compétences acquises pour travailler et entreprendre dans le secteur agroalimentaire en répondant aux besoins actuels et futurs en compétences.

• Développer l’employabilité des jeunes.

• Développer la mobilité des jeunes apprentis.

• Améliorer l’attractivité du secteur au niveau national et européen.

 

Quel est le rôle d’OPCALIM dans ce projet ?

• Analyser la situation actuelle de la formation professionnelle mixte : les procédures, les besoins et les meilleures pratiques. Pour cela, nous avons créé collégialement un questionnaire qui permet de recenser les besoins en termes d’emplois, de compétences, de prérequis et de pratiques de formation et d’accompagnement dans le secteur agroalimentaire.

• Développer des parcours et des modules de formation.

• Coordonner la livraison des programmes entre les pays.

Ces travaux vont se réaliser en s’appuyant sur la communauté A’lliances*. Les productions réalisées seront au fur et à mesure challengées auprès d’un public élargi à d’autres pays européens.

 

*ERASMUS + : le nom donné au programme européen élargi à la formation professionnelle.

*ANIA : Association Nationale des Industries Alimentaires.

*A’lliances : La communauté A’lliances OPCALIM rassemble un réseau de professionnels afin de partager les points de vue, les expertises, les expériences, de réfléchir et d’avancer ensemble sur les besoins actuels et futurs. Cette démarche fédère autour de trois thématiques : le développement RH, l’innovation et le secteur alimentaire.

En savoir plus

Haut de page